Actualités

Cartes postales JMSC

  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
Vert-Mont: le château méconnu Imprimer Envoyer

VertMont_Chateau4

Le domaine de Vert-Mont, faisait partie à l’origine du domaine de la Malmaison. En 1824, à la mort du Prince Eugène, fils de Joséphine, il est vendu en plusieurs lots et devient une propriété privée. Le château de Vert-Mont à proprement parler a été édifié en 1859 par M. Eichthal. Des propriétaires qui s’y succéderont jusqu’à la Fondation Tuck aujourd’hui, deux d’entre eux vont profondément marquer son histoire : Edward Tuck et Madeleine Eristov.

 

VertMont_EdwardT3Edward Tuck est né le 24 août 1842 à Exeter dans le Massachusetts aux États-Unis. Il est le fils d’Amos Tuck, figure politique républicaine du New Hampshire. Après ses études, il entre au consulat américain à Paris, puis dans une banque américaine, la Munroe & Company. Il en devient associé puis la quitte vers 1880 pour s’installer à son propre compte. Il investit ensuite dans le domaine ferroviaire, en acquérant une partie de la compagnie Northern Pacific Railway. Il choisit de venir s’installer en Europe dès 1865, et épouse en 1872, Julia StelI, une riche héritière américaine rencontrée à Paris.

 

En 1898, M. et Mme Tuck se portent acquéreurs du domaine de Vert-Mont pour en faire leur résidence d’été.

 

VertMont_EdwardJulia.

C’est à partir de ce moment là que le couple va véritablement se consacrer à la philanthropie et au mécénat. Il devient le mécène de Rueil-Malmaison mais aussi de la ville de Paris. En 1903, il fait construire un hôpital (l’actuel hôpital StelI) dont il fera don à l’État en 1916; en 1906, il finance la création d’une école ménagère ; en 1920, il offre à la municipalité un terrain pour y construire une école (l’actuelle école Tuck-Stell) et rachète la propriété de Bois-Préau, dont il fera don aux Musées de France, dans l’idée de reconstituer le domaine de Joséphine. Cette donation est accompagnée de 500 000 francs destinés à y aménager un musée napoléonien. Il apporte également son soutien financier à l’achat de diverses oeuvres pour le château de la Malmaison.

 

Grand amateur d’art, il décide aussi de faire don de sa collection, estimée à l’époque à 5 millions de dollars, à la ville de Paris. En 1930, la galerie Tuck sera inaugurée au Petit Palais, où l’on peut retrouver, encore aujourd’hui, les nombreuses pièces de sa collection : tapisseries, porcelaines de Sèvres et de Chine, émaux, mobilier, tableaux, etc.

 

VertMont_VieChateauOutre les apports mobiliers et immobiliers pour le domaine de Malmaison, Edward Tuck va aussi s’attacher à reconstituer le domaine de Vert-Mont en rachetant plusieurs parcelles entre 1898 et 1904.

 

Le 30 avril 1938, Edward Tuck meurt à Monte-Carlo. Il est inhumé au cimetière de Saint-Germain-en-Laye, auprès de son épouse, décédée avant lui en 1928. Le domaine reviendra alors à sa nièce, Dorothy Hall.

 

En 1954, le domaine est acheté par la Société civile immobilière (SCI) Rueil Vert-Mont composée de représentants du milieu académique, de l’industrie et de la recherche, afin d’y créer une structure de rencontre entre intellectuels et scientifiques. Un tel projet était conforme à la pensée et à l’action d’Edward Tuck, qui souhaitait «soit que Vert-Mont reste dans la famille, soit qu’il devienne un centre de recherche de très haut niveau réservé à un petit nombre de spécialistes éminents dans le domaine des sciences, des techniques et de l’économie à l’échelle mondiale ».

 

Un certain nombre de difficultés, puis le décès ou le grand âge de membres de cette association, ont amené Madeleine Eristov, universitaire et administrateur de cette SCI Rueil Vert-Mont, à proposer la donation de Vert-Mont à une fondation qui maintiendrait sa vocation culturelle et internationale.

 

VertMont_LogoTuck

 

L’idée de la Fondation Tuck se dessine alors et c’est en 1992, avec le soutien de l’IFP et d’IFP School, que ce projet voit officiellement le jour. Aujourd’hui, la Fondation Tuck, fondation reconnue d’utilité publique, mène des activités de recherche et de formation, de dimension internationale, pour un développement durable dans le domaine de l’énergie.

 

La rénovation : rendre le château aussi proche que possible de son état original


Le domaine de Vert-Mont a été inscrit au titre des Monuments historiques par arrêté du 14 novembre 1994. Cette même année, la Fondation Tuck démarre un vaste programme de rénovation du château (qui est en effet sérieusement endommagé) une première tranche de travaux est alors consacrée à la réfection de la toiture. En 1996, les fenêtres et portes-fenêtres sont remplacées et, en 2002, les façades sont ravalées.

Pour faire revivre ce site exceptionnel et en faire un lieu de rencontres et d’échanges internationaux, la rénovation des pièces d’apparat au rez-de-chaussée débute en 2007. Huit entreprises, dont certaines ont travaillé pour la restauration de la célèbre galerie des Glaces de Versailles, sont mobilisées sur le projet. A l’été 2008, le château retrouve ainsi l’aspect que lui connaissent ses précédents et prestigieux propriétaires. Il peut enfin pleinement assumer la mission qui lui a été confiée, il y a plus de cinquante ans.

 

Les décors du château : une harmonie retrouvée


Bien que les archives soient particulièrement lacunaires sur l’histoire de cette demeure, on constate que l’éclectisme, très en vogue au cours de la deuxième partie du XlXe siècle, est ici poussé à son paroxysme.

 

Le vestibule

VertMont_Vestibule.

Un dallage en marbre bicolore blanc et rouge (griotte des Pyrénées) forme le pavement du sol du vestibule. Sur ses parois, les décors de staff reprennent, en l’adaptant, le goût Louis XVI remis à l’honneur à la fin du XlXe siècle.

 

 

Le salon

VertMont_SalonLe salon est ornementé de décors, formés de différentes corniches moulurées et de quatre médaillons au-dessus des portes et de la cheminée, à l’exception du panneau surmontant la porte menant au vestibule, où sont représentés une femme et un amour.

Sur les parois, des boiseries peintes en gris encadrent de grands panneaux de tissu : d’après les photos d’époque, ces tissus avaient un motif rayé.

 

VertMont_SalleFetesUne nouvelle cheminée en marbre noir a été mise en place en prenant soin de la choisir la plus proche possible de la cheminée originale visible sur les clichés d’époque.

 

La salle des fêtes

La salle des fêtes est la plus grande pièce du château de Vert-Mont. De réalisation plus tardive, au tout début du XXe siècle, cette extension forme une apothéose de l’horror vacui (peur du vide) chère à la Belle Époque. La salle des fêtes cherche son inspiration dans le goût néo-rococo et a été librement adaptée d’un café londonien fréquenté par Oscar Wilde, et qui avait impressionné Edward Tuck. Le plafond est décoré d’une treille sur laquelle grimpent et s’enroulent des plantes fleuries, peintes dans des tons pastels. Cette treille entoure des médaillons exécutés à la manière de camées qui mettent en scène les muses de l’antiquité grecque ou les symboles des arts (musique, comédie, etc.) qu’elles représentaient et qui devaient être à l’honneur dans cette salle. Au-dessus des portes, deux peintures représentant des paysages fleuris, signées du peintre Alexandre Thiollet (1824— 1895), sont entourées de volutes.

 

.

La salle de billard

VertMont_SalleBillardLa salle de billard est une délicate évocation des grotesques qui, depuis Raphaël et sa conception des Loges du Vatican, n’ont cessé d’inspirer les décorateurs. La pièce est habillée d’un parquet en chêne et de boiseries qui entourent toutes les parois peintes et dorées. Ces peintures.décoratives, réalisées sur toile ou sur enduit, représentent des grotesques ou des enfants qui jouent. Le plafond est constitué de caissons peints en bicolore, ornés de rosaces en leur milieu.

 

La salle à manger

VertMont_SalleMangerLe plafond à caissons de la salle à manger, dans ses dominantes de bois sombre, est caractéristique de la surcharge décorative du Second Empire. Il est constitué de poutres en staff peintes en faux bois, qui entourent des figures géométriques au milieu desquelles se trouvent des grotesques ou des blasons. Les clichés anciens montrent que des tapisseries à motifs cynégétiques ornaient les murs, Il a été décidé de laisser ces murs en réserve, par un coloris neutre, comme dans l’attente de nouvelles tentures qui contribueraient alors à parachever l’ambiance de la pièce.

 

Le mobilier

Un partenariat entre la Fondation Tuck et le Mobilier National, dont la principale mission est de fournir ameublements et ornements, hier aux demeures royales, aujourd’hui aux palais nationaux, est en cours d’élaboration. Une sélection de meubles d’exception (canapé Louis XV en bois doré, table ronde sculptée, table et console Louis XVI, vestiaire, colonne empire, meubles d’appui à médaillon, etc.), en cours de restauration, pourraient habiller très prochainement les pièces du château.

 

VertMont_LogoIFP

 

 

Source : Fondation Tuck / IFP Innovation Energie Environnement - 2010

 


Situés entre la rue Charles Floquet et l'avenue Tuck-Stell, le domaine et son château sont ouverts au public lors des journées du patrimoine qui ont habituellement lieu au mois de septembre de chaque année.
.