Actualités

Cartes postales JMSC

  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
  • Cartes postales anciennes - Village JMSC
La Malmaison Imprimer Envoyer

Malmaison_Chateau1Mal Maison = mauvaise maison
Ce nom vient du souvenir de l’invasion des Normands barbares au IXe siècle. Ils y installèrent leur repaire pour préparer leurs attaques sur la très riche Abbaye de Saint Denis et ses vastes domaines.

En effet, à partir d' accostages au bas de Bougival, ils sortaient leurs drakkars de la Seine puis utilisant la dépression que forme le Val de Saint-Cucufa, ils les transportaient par dessus la colline, jusqu'à Sèvres et Saint-Cloud. ...

Là, ils  les remettaient à l'eau. Ainsi, ils bénéficiaient  du sens favorable du courant pour mener des attaques surprises sur les riches propriétés de l'Abbaye et revenir se protéger à Rueil. C'est pour cette raison qu'en 875, Charles le Chauve fit don de la Châtellenie de Rueil aux moines de Saint Denis qui purent s'en servir pour la défense de leur Abbaye.

 

En 1390, la terre est achetée par Guillaume Goudet sergent d'armes de Charles VI et reste dans sa descendance jusqu'en 1763 par les familles Barentin, Dauvergne et Perrot. A partir de 1737 le château est loué à de riches financiers qui y reçoivent une société choisie. Entre 1760 et 1770, il est la propriété de Madame Harenc qui ouvrait ses salons aux arts et aux lettres. En particulier, Jean François Marmontel, encyclopédiste et homme de lettres, fut souvent l’hôte de la propriétaire.


Malmaison_Ext1En 1771, Jacques-Jean Le Couteulx du Molay, fermier général des eaux de Paris et très riche banquier, en devient propriétaire et fait achever sa construction. Il fit élever les avant-corps de la façade encadrant la cour, devenant ainsi plus caractéristique de l’architecture fin XVIIIe. Il donne alors un profii à l'anglaise au parc. Il  fait aussi construire le curieux cabinet d’été octogonal à l’extérieur et circulaire à l’intérieur, dont l’Empereur se servit souvent.

 

Possédant par ailleurs un Hôtel particulier à Paris et des châteaux en Normandie et dans le Val de Loire, Jacques-Jean Le Couteulx du Molay y tenait table ouverte pour mener ses affaires.  Il reçut également beaucoup avec son épouse Sophie, de façon mondaine, des personnalités littéraires et artistes dont l’Abbé Delille, Bernardin de Saint-Pierre, Grimm ... et notamment Elisabeth Vigée-Lebrun (peintre française de grande renommée) qui y exécuta  le portrait de la maîtresse des lieux.

 

Après la révolution, Jacques-Jean Le Couteulx du Molay choisit de se retirer dans le Val de Loire et mis en vente la Malmaison.

 

Malmaison2Ainsi le 21 avril 1799 le château meublé et les 60 hectares qui l’entourent sont vendus, pour 325 000 francs à Marie-Joseph Rose Tascher de la Pagerie, veuve d'Alexandre de Beauharnais, une des "merveilleuses" des salons parisiens qui vient d'épouser en 1796 le général Napoléon Bonaparte. Joséphine achète pour son propre compte le domaine, Bonaparte étant en Égypte. A son retour, le nouveau Premier Consul acquitte la dette et commencent alors les travaux de consolidation et d'aménagement du domaine, puisque, malgré le désir de Joséphine, Bonaparte renonce à tout reconstruire. L'ouvrage est dirigé dans un premier temps par les architectes Pierre François Léonard Fontaine et Charles Percier, à qui l'on doit le renforcement des murs extérieurs à l'aide de piédroits de pierre couronnés de vases et de statues, ainsi que la construction de la "tente" devant l'entrée principale.

 

Malmaison6De 1800 à 1802 La Malmaison devient avec les Tuileries le siège du gouvernement de la France où les ministres du Consulat se réunissent souvent. Napoléon travaillera à Rueil à plusieurs des actes importants avec ses ministres, préfets et hommes d’Etat. Il y mit notamment au point les textes sur le Code Civil et la Légion d’honneur et  y rédigea l'Acte de Médiation qui fut la base de la constitution Suisse encore en vigueur.
A l'automne 1802 le consul et sa famille s'installent à Saint Cloud mais Joséphine revient souvent au "Palais impérial de Malmaison" pour aménager et agrandir le domaine.

 

Malmaison9Après le divorce en 1809, l'Empereur donne à Joséphine cette propriété avec toutes ses collections et c'est là qu'elle meurt le 29 mai 1814 après avoir pris froid, au cours d'une partie de barque avec le tsar de Russie, Alexandre Ier, en visite.


Elle laisse alors 3 millions de Francs de dettes, et une propriété de plus de 700 ha qui s'étendait , au-delà de la Jonchère, jusqu’à l’église de Bougival, le pavillon Butard et la limite du parc de St. Cloud. L’inventaire des biens contenus dans le château durera 6 mois; 2916 objets précieux rares ou inattendus et œuvres d’art y furent répertoriés. Son fils, le Prince Eugène, en hérite. Mais devant des difficultés financières, il vendra plus tard différentes pièces tout en conservant intact  le domaine de sa mère jusqu’à sa mort. Sa veuve cédera Malmaison en 1828 au banquier suédois Jonas Hagerman, lui-même transmettant le domaine par la suite au Duc de Riansares, époux de la Reine Marie-Christine de Bourbon reine d’Espagne. Celle-ci fit construire en 1856 dans le parc une chapelle gothique qui sera détruite en 1911.

 

Eugène de Beauharnais, un oublié de l'Histoire, fut un des hommes les plus puissants, compétents et des plus généreux de son époque. Pendant les Guerres de Vendée, il fut "aide de camp stagiaire" de Hoche à 13 ans, aide de camp de Bonaparte à 16 ans, général de brigade à 21 ans, vice-roi d'Italie à 24 ans. Il mourut en Bavière, duc de Leuchtenberg et prince d'Eichstatt, à 43 ans.

Cet homme alliait la séduction des Beauharnais à celle de sa mère et, y joignait des qualités de fond : il fut courageux, fidèle, honnête, travailleur et bon gestionnaire. Il vénérait Napoléon qui l'aima comme son fils et qui l'adopta en 1806.

Eugène de Beauharnais fit un mariage de raison avec Augusta Amélia, Princesse de Bavière, mais ce mariage se transforma en mariage d'amour réciproque. Ils eurent 7 enfants desquels descendent aujourd'hui de nombreuses têtes couronnées d'Europe.

 

Rueil_Blason2Napoléon III devint à son tour le propriétaire de Malmaison en 1861, lieu de souvenirs d’enfance passée avec sa grand-mère Joséphine. Il a inspiré et surveillé la création du blason de Rueil.

 

D’octobre 1870 à mars 1871, le château est occupé par les Prussiens, puis il est transformé en caserne et est fort endommagé par un régiment de « pontonniers » français. A partir de 1877, l’Etat Français morcelle et vend le domaine.

 

Malmaison1Ce n’est que le 12 août 1896 que le Château de Malmaison fut sauvé car acheté lors d’une vente aux enchères par Daniel Osiris Iffla. Le parc est  alors réduit à 6 hectares.

Riche philanthrope, il le donnera à l’Etat en 1903, à condition que l’Etat en fasse un musée dédié à l’Empire. Il fera par ailleurs de l’Institut Pasteur son légataire universel.

Ce curieux surnom lui avait été donné par sa mère. En effet, alors que son frère aîné était marin sur un navire égyptien appelé Osiris, elle promis d’appeler Osiris le bébé qu’elle portait si son aîné revenait sain et sauf.

 

Le château ensuite fut peu à peu remeublé notamment grâce à la générosité d'Edward Tuck, sur les conseils précieux de Messieurs Ajalbert et Bourguignon, conservateurs successifs de Malmaison, qui devinrent ses amis. Ainsi lors d’une adjudication à un antiquaire anglais de la table dite « des Maréchaux », M. Bourguignon fit valoir son droit de préemption que M. Tuck s’empressa de compléter avec la somme dont il avait besoin.


En janvier 1928, par décret, à la demande de M. Bourguignon, conservateur du Château, la ville de Rueil fut autorisée à accoler à son nom celui de Malmaison, en souvenir d’une grande époque qui a, à jamais, marqué notre village et la commune de Rueil-Malmaison.

 

Le Château de Malmaison fait aujourd'hui partie des Musées Nationaux Napoléoniens.

 

 

Malmaison1c

 

Le Château de Malmaison